Parcours

Paris, juillet 2018

 

Mon parcours revisite mes expériences professionnelles, ma progression au sein de ma pratique corporelle et l'histoire d'une blessure qui m'a permise de grandir.

Dans les années 1980, en tant que jeune danseuse classique formée à l'école de danse de l'Opéra de Paris, n'ayant pas une grande ouverture de hanches, ma respiration fût coupée. Dix ans plus tard, j'entrai au Crazy Horse de Paris. Je dus cambrer à me couper le souffle. 

C'est en refaçonnant mon corps de manière plus homogène dans les cours de danse jazz et modern de Dominique Lesdema que mon souffle s'est réveillé. Petit à petit, je me suis mise à développer un nouveau travail. Mes exercices m'ont permis de progresser dans ma danse en me sentant plus soutenue dans mes efforts.

En parallèle de ma carrière de danseuse internationale et de ma pratique corporelle, j'ai étudié la psychologie, la sexologie et différentes techniques de massages sur une vingtaine d'années. Je finalise mon intérêt pour la psychologie par une psychothérapie de six ans. Je me forme aussi à l'enseignement de danse jazz au CND de Pantin. J'obtiens également en autodidacte mon baccalauréat en six mois avec mention. A l'issue de ces différents apprentissages, je décide après dix ans de pratique de transmettre ma technique corporelle. Nous sommes en 2009. J'ai quarante ans. 

En avril 2014, ce fût l'incident, à la suite d'un étirement fatal survenu au niveau d'un tendon à l'ischion et d'un ligament distendu au niveau de ma cambrure. Cette blessure me détruisit tout doucement. En 2016, au moment où j'étais perdue dans mes ressentis, j'ai eu la chance de donner des cours de danse pour les enfants. Ces cours m'ont empêchés d'abandonner ce corps que je ne reconnaissais plus. Je donne aussi des cours de danse et de relaxation dans un hôpital de jour depuis dix ans à des patients fidèles. Durant ce temps, Je pus constater que ma pratique  me préservait de l'affolement. Je restai calme et à distance de ce qui m'arrivait. Je savais pourtant que les béquilles seraient un jour une éventualité si je ne trouvais pas de solutions.

En raison de plusieurs heures par jour, la reconstruction intensive a duré trois ans. Je continue toujours mais plus tranquillement. J'ai ainsi pu retrouver une stabilité satisfaisante sur mes deux jambes. Avant  je m'écroulai sur une hanche sans plus d'attaches tendineuses et sur un bas du dos tout aussi spongieux. j'ai dû aussi réactiver mon périnée tout en le reliant à ma technique corporelle. C'est ainsi que mon cours est né. On y retrouve certains exercices que j'ai pratiqué pour me reconstruire. Il reprend aussi l'essence du travail de Dominique Lesdema en y introduisant ma propre technique.

Pendant vingt ans, j'ai décortiqué la mécanique des émotions. Puis j'ai  enchainé avec la mécanique du mouvement. Avec humour, je me demande quelle mécanique j'étudierai plus tard...

Le cours TN

 Contact